NOOE est un Organisme Habilité (arrêté ministériel du 17 janvier 2020)
Attestation de Connaissances des Animaux de Compagnie d'Espèces Domestiques
CHIEN et CHAT

ACACED

Domaine : Sélection.

Catégorie d'animaux : Espèces autres que chien et chat

Durée : 1 heure 30

Plan


I. Qu'est-ce qu'une espèce?

 

L’arrêté ministériel de l’Agriculture du 11 août 2006, énonce qu'un animal domestique appartient « à des populations animales sélectionnées ou dont les deux parents appartiennent à des populations animales sélectionnées ».

Le fait que l'animal soit né en captivité ou ait été apprivoisé n'est pas un critère de domesticité selon le droit français. Le code pénal français distingue en effet les animaux domestiques des animaux apprivoisés.

 

Une espèce est un groupe d'êtres vivants pouvant se reproduire entre eux, on parle d’interfécondité et dont la descendance est fertile. Dans une même espèce les individus ont donc des caractéristiques morphologiques et physiologiques communes.

La domestication consiste à apprivoiser une espèce sauvage. Les espèces animales ont été domestiquées pour plusieurs raisons : l'élevage pour la production de nourriture ou de produits utiles comme la laine du mouton, le travail pour le boeuf, le chien, le cheval, la médecine pour les rongeurs, la compagnie pour le chat ou encore l'ornement pour les Carpes Koï.

 

II.     Qu'est-ce qu'une race ?

 

C’est une variété fixée au sein d'une espèce animale domestique apparue suite à l'action de l'homme (par le biais de croisements...).

Ce sont les clubs de race qui répertorient les caractéristiques indispensables pour y appartenir. Un animal dit « de race » doit posséder tous les critères anatomiques, par exemple chez le cheval des critères de taille, de robe, de forme de la tête et du corps, de caractère, de comportement et même de fonctions (trait ; saut...). Certains défauts ne sont pas admis dans certaines races mais peuvent être un critère indispensable chez d'autres. Ces critères peuvent évoluer dans le temps. Notons que certains défauts vont exclure un animal même si ses parents appartiennent à la race.

 

III.   Qu'est ce qu'une variété ?

 

Une variété domestique est ue population animale sélectionnée constituée d'une fraction des animaux d'une espèce ou d'une race que les traitements particuliers de sélection ont eu pour effet de distinguer des autres animaux de l'espèce ou de la race par un petit nombre de caractères dont l'énumération définit le modèle.

 

IV. La sélection naturelle/génétique

 

            1. Impact de l’homme

On connaît bien sûr ce que l’on appelle la sélection naturelle. C’est l'un des mécanismes à l’origine de l'évolution des espèces. De façon sommaire, la sélection naturelle est le fait que les traits qui favorisent la survie et la reproduction d’une espèce voient leur fréquence s'accroître d'une génération à l'autre. Mais l’homme peut aussi faire de la sélection génétique afin de favoriser un caractère sur la descendance.

 

            2. Notion de transmission de caractère

C'est par la reproduction que se transmet l'information génétique.

Tous les gènes d'un individu sont présents sous forme de paires : chaque cellule contient une paire de chaque chromosome. Mais les gamètes (spermatozoide et ovule), ne contiennent que la moitié de la paire. Au cours de la reproduction les gamètes réunissent leurs moitiés pour former de nouvelles paires de chromosomes dans un nouvel individu. Ce dernier aura la moitié des caractères du père (provenant du spermatozoïde) et la moitié des caractères de la mère (provenant de l'ovule). C'est ainsi que se fait la transmission des caractères.

L’éleveur peut par exemple sélectionner un caractère externe que l’on appelle aussi phénotype, par exemple la couleur du pelage chez le furet.

Ce caractère externe peut être codé d’une ou de plusieurs façon au niveau des gènes portés par les chromosomes des parents.

 

            3. ADN/Mutation

Lorsqu'une modification apparaît dans les gènes d'un individu (on appelle cela aussi une mutation) le phénotype c'est-à-dire les caractéristiques physiques de l'individu peut être modifié.

Cette mutation se produit à l’échelle de l’ADN ou Acide DésoxyriboNucléique. C’est une molécule présente dans toutes les cellules vivantes et nécessaire au développement et au fonctionnement de celles-ci. L'ADN, organisé en double hélice dans la cellule, forme des chromosomes.

Sa fonction principale est de stocker l'information génétique, information qui détermine le développement et le fonctionnement d'un organisme.

Une autre fonction essentielle de l'ADN est la transmission de cette information de génération en génération. Cela permet l'hérédité.

L'information portée par l'ADN peut se modifier au cours du temps. Cela aboutit à une diversité des individus et à une évolution possible des espèces. Cela est causé par des mutations.

Ces mutations sont responsables des différences entre les races. Elles peuvent également être responsables de maladies génétiques si elles touchent un gène qui a une fonction importante dans l'organisme.

 

            4. Génotype/phénotype

Le génotype est la liste des gènes possédés par un individu.

Le phénotype est l'apparence morphologique de ce même individu pour chaque gène porté.

 

V. Les maladies ou tares héréditaires

 

Notion de gène dominant/récessif

les gènes étant toujours présents en deux versions ou allèles dans une cellule, on distingue des individus homozygotes qui portent 2 allèles identiques, et des individus hétérozygotes qui portent des allèles différents.

Si la sélection génétique peut permettre de sélectionner des caractères, elle peut aussi permettre de lutter contre les maladies héréditaires et éviter les tares.

Une maladie héréditaire est une maladie transmissible par les gamètes, c’est à dire les cellules de la reproduction. Elle résulte de la modification d'un ou de plusieurs gènes.

Une maladie héréditaire dominante ne nécessite qu'une seule version du gène malade pour s'exprimer. Alors qu'une maladie héréditaire récessive n'apparait que quand les deux versions du gène malade sont dans le même individu.


VI. La consanguinité . Espérance de vie.

 

Problèmes éthiques et moraux, chez l’homme.

Chez certaines espèces, elle est recherchée.

Permet de sélectionner des caractères d'un individu et de les rendre plus présents dans une race. Obtention de portées de plus en plus homogènes.

Mais favorise la persistance de certaines tares  héréditaires dans une race.

Permet de vérifier si un reproducteur n'a pas de défaut.     

 

Chaque race a une espérance de vie qui lui est propre. Elle est le fruit, voulu ou non, de la sélection effectuée par l'homme.

 

 

VII. Mutations chez les oiseaux.

 

1. Qu’est-ce qu’une mutation ?

C’est une variation brusque et inattendue de l’aspect de la descendance d’un individu, n’ayant pas pour cause une influence extérieure (chaleur, obscurité, nourriture…). Génétiquement, c’est une modification accidentelle portant sur le nombre de chromosomes ou sur la forme de l’un d’eux (mutation chromosomique) ou due à l’altération d’un gène (mutation génétique).

Chez les oiseaux, les mutations sont parfois de « forme » (huppe…), le plus souvent de couleur. Elle sont héréditaires. Un mutant se reconnait dès sa naissance. Un oiseau dont la couleur change à l’âge adulte n’est pas un mutant : ces modifications sont dues le plus souvent à une carence en nourriture ; elles sont alors appelées sommations, et ne sont pas héréditaires. Les exemples de génétique des mutations qui suivent sont empruntés à la perruche ondulée ou aux inséparables. Les mêmes phénotypes peuvent avoir un déterminisme diffèrent chez les autres oiseaux.

 

2. Mutation récessive

Une mutation récessive est constituée par toute modification d’un gène mais qui requiert son double sur l’autre chromosome de la paire pour pouvoir s’exprimer. Autrement dit, l’oiseau doit posséder un gène muté sur chacune de ses chromatides pour être actif.

3. Mutation liée au sexe

 Dans ce type de mutation, le sexe de l’oiseau va avoir une très grande importance. Contrairement à l’espèce humaine, les caractères liés au sexe les oiseaux se transmettent du père à sa fille. C’est pourquoi, lorsqu’apparaît un mutant d’hérédité liée au sexe, c’est toujours une femelle.

Une femelle ne sera jamais porteuse d’une mutation liée au sexe. Elle sera soit de couleur sauvage (pure), soit mutante. Le mâle, quant à lui, pourra être porteur.

4. Mutation dominante

Dans ce cas un seul parent mutant homozygote suffit pour obtenir de jeunes mutants et le sexe des oiseaux n’entre pas en ligne de compte.

Contrairement à la mutation récessive, où il faut que les deux chromosomes soient porteurs de la mutation pour qu’elle s’exprime, dans le cas d’une mutation dominante, un seul suffit. Un oiseau dont le phénotype est « mutant » peut être hétérozygote ou homozygote.

Il n’existe pas de porteur d’une mutation dominante.

 

5 Conséquences sur les espèces d'oiseaux domestiques.


Les oiseaux ont la particularités de produire de très grandes quantités de mutation de couleurs de leur plumage.

C'est pour cette raison qu'il existe de très nombreuses variétés d'oiseaux domestiques présentant des couleurs très variées : blanc ; bleu ; lutino ; cinnamon etc...