NOOE est un Organisme Habilité (arrêté ministériel du 17 janvier 2020)
Attestation de Connaissances des Animaux de Compagnie d'Espèces Domestiques
CHIEN et CHAT

ACACED

Domaine : Comportement

Catégorie d'animaux : chat

Durée : 2 heures

Plan

I.       Définitions :

 

1.      Un acte comportemental.

 

Il se déroule toujours en 3 phases

            Phase 1 la phase préparatoire ou appétitive (phase de préparation du comportement, le chat cherche un endroit ou faire ses besoins, gratte…)

            Phase 2 La phase consommatoire

            Phase 3 La phase d’arrêt ou de satiété

            Sans cette phase d’arrêt l’animal continuerait la phase consommatoire jusqu’à épuisement. Il doit acquérir «l’inhibition »  pour tous les actes comportementaux qu'il est amené à faire. Les plus connues sont l’acquisition du signal d’arrêt et le contrôle de l’intensité de la morsure : la morsure inhibée. Les chatons qui n’ont pas acquis la phase d’arrêt pour leurs actes comportementaux sont des chats qui ne peuvent pas facilement vivre en harmonie avec un groupe.

 

            2. L’habituation.

Elle est basée sur l’inhibition physiologique. Les réactions de peur diminuent (en intensité et en durée) face à une modification de l’environnement. Ce processus évite l’apparition de comportement phobique.

 

            3. L’homéostasie sensorielle

Le chat apprend à réagir moins fortement face à une stimulation : le chat apprend à réguler ses émotions et ses actions en fonction du stimulus.

 

            4. L’homéostasie hiérarchique (et sociale). 

 

Une fois que le chat sait contrôler ses actions et ses émotions il va apprendre à réagir face à des stimulis et à ses congénères. L’importance des stimulations garantit une bonne homéostasie sensorielle.

            5. Acquisition de la morsure inhibée.

 

Par le jeu et par mimétisme avec sa mère et les autres chatons de la portée, le chaton va apprendre la propreté, la prédation et les codes sociaux.

Il va par exemple se "battre" avec ses congénères (on parle d’agression par jeu) entraînant des griffures et des morsures et des cris de "douleur" et des ripostes qui vont le conduire à appuyer moins avec ses dents (c’est la morsure inhibée) et à ne plus sortir ses griffes (on dit que le chat fait patte de velours). Si ce comportement n'est pas acquis au maximum vers 14 semaines, il sera difficile de revenir en arrière.

 

                        6. Acquisition du contrôle des actions.

C’est l’adulte (l’éleveur ou l’acquéreur) qui impose des phases d’arrêt au jeu des chatons (par un grognement, un pincement d’oreille, une morsure ou une tape). Si malgré ce signal d’arrêt le chaton ne s’arrête pas de jouer, le signal est répété jusqu’à ce qu’il s’arrête.

Le rôle de la mère est primordial. Elle régule tous les débordements et empêche la fougue naturelle de se développer de façon exagérée. Les chatons apprennent par imitation.

 

                        7. Les différents types d’agression chez le chat

Il en existe six :

- l’ agression par jeu

- l’agression par peur.

- l’agression due à un état pathologique (douleur, prise d'une substance toxique, etc...).

- l'agression territoriale (bagarres entre mâles, femelle qui refuse le mâle, etc...).

- l'agression par réorientation : par exemple, un chat voit une souris à l'extérieur par la fenêtre, il ne sait pas l'attraper et donc s'énerve jusqu'à aller griffer les jambes de son propriétaire.

- l’agression par irritation : le chaton va accepter la caresse un certain temps puis il va se défendre en considérant qu'il est victime d'une contrainte de la part du propriétaire.


II . Développement et conséquences

 

Le développement du chaton se scinde en 4 périodes :

            1. 0 à 7-10 jours, période néonatale - "Manger & dormir"

Les chatons naissent aveugles et sourds.

Leur système nerveux n'a pas fini son développement. Les chatons rampent, les muscles sont mous et sa tête oscille.

Leurs sens tactile, olfactif et thermique sont fonctionnels. Ils s’orientent naturellement vers la mère contre laquelle ils se blottissent pour dormir pendant 95% du temps la première semaine.

Le comportement alimentaire : Il est inné. Le chaton tête alors en moyenne 6 à 12 fois en 24 heures. Il pétrit les mamelles avec ses membres antérieurs pour faire venir le lait.

Le sommeil : Le chaton passe la plupart de son temps à dormir. Il rêve et bouge pendant son sommeil (Activité cérébrale très intense).

Le comportement éliminatoire : Le chaton élimine par stimulation (léchage de la mère) de la zone ano-génitale.

Le comportement social : Le chaton communique avec sa mère par des gémissements. Les chatons restent regroupés pour garder la chaleur.

 

2.      La période de transition

 

Elle débute avec l’ouverture des yeux.

La date d’ouverture des yeux peut varier de 2 à 10 jours selon les conditions d’éclairage et le niveau de stimulation.

C’est la période :

- de l’attachement réciproque : il y a une détresse du chaton dès qu’il est isolé de sa mère.

(imprégnation à sa propre espèce)

- de la maturation sensorielle : avec l’ouverture des yeux et des oreilles.

L’orientation visuelle de développe entre le 15ème et le 21ème jour.

L’orientation auditive se manifeste vers le 16ème jour.

- de la disparition des réflexes archaïques :

- de la progression des compétences locomotrices :

Même si sa démarche est encore gauche le chaton marche vers l’âge de 15 jours.

 

Les mécanismes assurant l’homéothermie sont en place et les mictions et défécations deviennent volontaires.

 

3.      La période de socialisation ou période CRITIQUE

 

Chez le chat, elle est précoce et courte. Pendant cette période, toutes les stimulations et événements de vie vont laisser une marque indélébile, alors qu’au delà de cette période, les apprentissages sont moins bien mémorisés.

Les capacités sensorielles et motrices du chaton vont lui permettre d’intégrer toutes les stimulations extérieures dans son système de référence et de construire son niveau sensoriel de référence.

C’est la période de :

- la socialisation primaire et les codes de communication

- l’acquisition des autocontrôles

- et de la a mise en place du niveau sensoriel de référence

 

                        4. Le détachement (souvent à partir de 4 semaines)

 

Cette phase marque la fin réelle du développement comportemental des chatons.

Chez le chat, le passage « à l’âge adulte » est précoce et rapide. Contrairement au chien chez qui le détachement est suivi d’un report de l’attachement au groupe social, le lui chat trouve un nouvel équilibre dans une organisation territoriale apaisante.

La date du détachement à proprement parler est variable et fonction des conditions de développement. Cela varie donc en fonction :

- de l’'âge de la mère ;

- d’un retour des chaleurs précoce ;

- du nombre de chatons dans la portée ;

- du sexe des chatons ;

- de leur caractère des chatons ;

- du mode de vie de la mère et de sa relation avec ses maîtres ;

- de l’environnement ;

- et du moment de l’introduction de l’alimentation solide.

 

III. Organisation territoriale

 

Le chat est un animal territorial.

Son territoire se divise en trois secteurs :

-  des zones de repos, balisées par des griffades, où il peut s'isoler :

-  des zones de chasse, marquées par des urines ;

-  des zones d’élimination où le chat fait ses besoins ;

-  des passages marqués par des phéromones faciales, qui relient ces zones.


            IV. Interprétation des signaux comportementaux animaux

 

1.      le chat agressif

 

Le chat essaie de sembler plus gros qu’il ne l’est vraiment pour susciter la peur et le respect chez son adversaire. Il marche bien droit sur la pointe de ses pattes.

La queue est basse mais relevée à hauteur des jarrets et le poil se hérisse.

Les oreilles sont toutes droites, et orientées vers l’extérieur, les pupilles sont contractées.

Les griffes sont sorties.

 

2.      le chat tendu

 

Il souffle et montre ses dents, comme prêt à se défendre, mais il semble en même temps prêt à battre en retraite et à se coucher pour éviter le conflit.

3.      le chat apeuré

 

Il se blottit, les oreilles aplaties sur sa tête et les pupilles dilatées. Prêt à se rendre et à se soumettre, il se tapit, la queue plaquée le long du corps.

.

4.      le chat effrayé

 

Le chat qui souffle, produit de la salive dans sa bouche puis « crache », le dos courbé, les oreilles aplaties et le poil hérissé. Le chat paraît très impressionnant mais il ne passe à l’acte que si son « périmètre de sécurité » est envahi.

 

5.      le chat qui baille ou flehmen

 

En présence de l’odeur d’urine d’autres chats, les chats adultes manifestent un comportement particulier : le bâillement, appelé également flehmen. Après avoir humé puis léché l’urine, ils frappent plusieurs fois avec la pointe de leur langue leur palais, derrière les incisives supérieures ; ils mettent leur tête en arrière et ouvrent la bouche en se léchant le nez.

Ce comportement sert à transmettre l’odeur de l’urine à l’organe de Jacobson, qui est un organe sensoriel placé entre la bouche et la cavité nasale, au-dessus du palais dur. Les chats utilisent probablement cet organe pour identifier le sexe du sujet ayant uriné.


V. Relation Homme-Animal

 

1.      Acceptation de l'Humain

 

Le chat ayant vécu avec ses congénères les reconnaîtra toute sa vie comme tels, même s’il en est privé par la suite. En revanche la socialisation à l’espèce humaine, qui va conditionner la tolérance au contact et la qualité des interactions avec l’homme, doit être entretenue. Si le chat est privé de contacts humains après la fin de la période sensible, il oublie et peut redevenir "sauvage".

Il faut que le chaton soit manipulé quotidiennement pendant au moins 30 à 40 minutes dans un contexte agréable et positif pour lui.

Période optimale pour commencer à manipuler un chaton : entre la 2ème et la 7ème semaine.


                        2. Acceptation des congénères

Le chat doit vivre avec sa fratrie au moins jusqu’à 7 semaines.

Si le chaton évolue au sein d’un portée de 4 chatons minimum jusqu’à l’âge de 10 à 12 semaines, sa socialisation intra-spécifique sera optimale.

Un chaton séparé précocement de sa mère va s’identifier à l’espèce qui l’aura élevé.

 

Par la suite si l’on souhaite mettre en contact 2 chats il faut :

- réserver une pièce au nouveau venu et de l'y laisser quelques jours,

- faire venir le chat résidant dans la pièce du nouveau en son absence et mettre pendant ce temps le nouveau dans les lieux communs,

- ne pas s'inquiéter s'il y a quelques signes d'"agressivité",

- mais intervenir s'il y a des griffures ou des morsures non inhibées répétées,

- une fois, le contact établi et l'entente obtenue, il faut caresser les chats pour leur indiquer que c'est le bon comportement,

- et utiliser des phéromones de synthèse.

 

VI. importance des phéromones dans la communication

 

1.      Définition

 

Les phéromones des substances chimiques émises par le chat. Lorsqu'un chat se frotte les joues et les flancs contre les jambes ou un pied de meuble, il dépose des phéromones secrétées par des glandes qui se trouvent dans les joues ou le long des flancs. Lorsque le chat repasse au même endroit, ou s'approche de la même personne, il capte la présence de ces phéromones (via l'organe de Jacobson, l’organe voméro-nasal des félins) qui vont agir directement sur le centre des émotions, et provoquer un apaisement chez le chat.

 

2.      Les différentes phéromones

 

Il existe deux types de phéromones :

- celles qui sont émises quand l’animal se frotte aux gens et est serein (phéromones F4)

- et celles qu’il dépose sur les objets (phéromones F3).