NOOE est un Organisme Habilité (arrêté ministériel du 17 janvier 2020)
Attestation de Connaissances des Animaux de Compagnie d'Espèces Domestiques
CHIEN et CHAT

ACACED

Domaine : Sélection.

Catégorie d'animaux : Chien

Durée : 1 heure 30

 

Plan

I. Qu'est-ce qu'une espèce?

 

L’arrêté ministériel de l’Agriculture du 11 août 2006, énonce qu'un animal domestique appartient « à des populations animales sélectionnées ou dont les deux parents appartiennent à des populations animales sélectionnées ».

Le fait que l'animal soit né en captivité ou ait été apprivoisé n'est pas un critère de domesticité selon le droit français. Le code pénal français distingue en effet les animaux domestiques des animaux apprivoisés.

 

Une espèce est un groupe d'êtres vivants pouvant se reproduire entre eux, on parle d’interfécondité et dont la descendance est fertile. Dans une même espèce les individus ont donc des caractéristiques morphologiques et physiologiques communes.

La domestication consiste à apprivoiser une espèce sauvage. Les espèces animales ont été domestiquées pour plusieurs raisons : l'élevage pour la production de nourriture ou de produits utiles comme la laine du mouton, le travail pour le boeuf, le chien, le cheval, la médecine pour les rongeurs, la compagnie pour le chat ou encore l'ornement pour les Carpes Koï.

 

II.    Qu'est-ce qu'une race ?

 

C’est une variété fixée au sein d'une espèce animale domestique apparue suite à l'action de l'homme (par le biais de croisements...).

Ce sont les clubs de race qui répertorient les caractéristiques indispensables pour y appartenir. Un chien dit « de race » doit posséder tous les critères anatomiques, par exemple chez le chien des critères de taille, de robe, de forme de la tête et du corps, de caractère et de comportement et même de démarche. Certains défauts ne sont pas admis dans certaines races mais peuvent être un critère indispensable chez d'autres ; par exemple, le berger allemand doit avoir les oreilles droites alors que le cocker lui doit avoir les oreilles tombantes. Ces critères peuvent évoluer dans le temps. Notons que certains défauts vont exclure un animal même si ses parents appartiennent à la race.

De nombreux clubs existent pour les chiens.

 

III. La sélection naturelle/génétique

 

            1. Impact de l’homme

On connaît bien sûr ce que l’on appelle la sélection naturelle. C’est l'un des mécanismes à l’origine de l'évolution des espèces. De façon sommaire, la sélection naturelle est le fait que les traits qui favorisent la survie et la reproduction d’une espèce voient leur fréquence s'accroître d'une génération à l'autre. Mais l’homme peut aussi faire de la sélection génétique afin de favoriser un caractère sur la descendance.

 

            2. Notion de transmission de caractère

C'est par la reproduction que se transmet l'information génétique.

Tous les gènes d'un individu sont présents sous forme de paires : chaque cellule contient une paire de chaque chromosome. Mais les gamètes (spermatozoide et ovule), ne contiennent que la moitié de la paire. Au cours de la reproduction les gamètes réunissent leurs moitiés pour former de nouvelles paires de chromosomes dans un nouvel individu. Ce dernier aura la moitié des caractères du père (provenant du spermatozoïde) et la moitié des caractères de la mère (provenant de l'ovule). C'est ainsi que se fait la transmission des caractères.

L’éleveur peut par exemple sélectionner un caractère externe que l’on appelle aussi phénotype, par exemple la couleur du pelage chez le chiot.

Ce caractère externe peut être codé d’une ou de plusieurs façon au niveau des gènes portés par les chromosomes des parents.

 

            3. ADN/Mutation

Lorsqu'une modification apparaît dans les gènes d'un individu (on appelle cela aussi une mutation) le phénotype c'est-à-dire les caractéristiques physiques de l'individu peut être modifié.

Cette mutation se produit à l’échelle de l’ADN ou Acide DésoxyriboNucléique. C’est une molécule présente dans toutes les cellules vivantes et nécessaire au développement et au fonctionnement de celles-ci. L'ADN, organisé en double hélice dans la cellule, forme des chromosomes.

Sa fonction principale est de stocker l'information génétique, information qui détermine le développement et le fonctionnement d'un organisme.

Une autre fonction essentielle de l'ADN est la transmission de cette information de génération en génération. Cela permet l'hérédité.

L'information portée par l'ADN peut se modifier au cours du temps. Cela aboutit à une diversité des individus et à une évolution possible des espèces. Cela est causé par des mutations.

Ces mutations sont responsables des différences entre les races. Elles peuvent également être responsables de maladies génétiques si elles touchent un gène qui a une fonction importante dans l'organisme.

 

            4. Génotype/phénotype

Le génotype est la liste des gènes possédés par un individu.

Le phénotype est l'apparence morphologique de ce même individu pour chaque gène porté.

 

IV. Les maladies ou tares héréditaires

 

Notion de gène dominant/récessif

les gènes étant toujours présents en deux versions ou allèles dans une cellule, on distingue des individus homozygotes qui portent 2 allèles identiques, et des individus hétérozygotes qui portent des allèles différents.

Si la sélection génétique peut permettre de sélectionner des caractères, elle peut aussi permettre de lutter contre les maladies héréditaires et éviter les tares.

Une maladie héréditaire est une maladie transmissible par les gamètes, c’est à dire les cellules de la reproduction. Elle résulte de la modification d'un ou de plusieurs gènes.

Une maladie héréditaire dominante ne nécessite qu'une seule version du gène malade pour s'exprimer. Alors qu'une maladie héréditaire récessive n'apparait que quand les deux versions du gène malade sont dans le même individu.


V.    La consanguinité . Espérance de vie.

 

Problèmes éthiques et moraux, chez l’homme.

Chez le chien elle est recherchée.

Permet de sélectionner des caractères d'un individu et de les rendre plus présents dans une race. Obtention de portées de plus en plus homogènes.

Mais favorise la persistance de certaines tares  héréditaires dans une race.

Permet de vérifier si un reproducteur n'a pas de défaut.      

 

Chaque race a une espérance de vie qui lui est propre. Elle est le fruit, voulu ou non, de la sélection effectuée par l'homme. Les races canines de grandes tailles ont une espérance de vie plus courte que les races canines de petites tailles.

 

 

VI. LOF . Pedigrees.

 

C’est le Livre des Origines Français : registre créé en 1885 où sont répertoriées les origines des chiens français de race. Seuls les chiens inscrits au LOF ont droit à l'appellation «chien de race» qui justifie un prix plus élevé qu'un chien d'apparence.

Un chiot issu de deux parents LOF peut recevoir un certificat de naissance mais il ne sera inscrit au LOF que de manière PROVISOIRE. Pour obtenir son pedigree, c'est-à-dire son inscription définitive, il lui faudra être confirmé par un juge expert de la race et habilité lors d’une séance de confirmation.

Le pedigree est un document officiel comportant la généalogie du chien et qui certifie l’exactitude de ses origines. En plus de la généalogie, il met en valeur certaines informations et est doté d’un code couleur pour en faciliter la lecture.

Il comporte des résultats sous la forme d’abréviations qui concernent :
- l'empreinte ADN et la filiation génétique en noir
- les performances Beauté en rouge
- les performances Travail en bleu
- et la santé en  vert
Plusieurs possibilités pour l’obtenir :

- au titre de la descendance

- à titre initial

- au livre d’attente

- au titre de l’importation


VII. Les groupes de chiens.


La Fédération Cynologique Internationale est l'Organisation Canine Mondiale. Elle est composée de 90 pays membres et partenaires sous contrat (un membre par pays) qui émettent chacun leurs pedigrees et forment leurs juges.

La FCI reconnaît 343 races, chacune d'entre elles étant la 'propriété' d'un pays spécifique. Les pays 'propriétaires' de ces races en établissent le standard (description détaillée du type idéal de la race) - en collaboration avec les Commissions des Standards et Scientifique de la FCI - dont la traduction,  la mise à jour et la publication sont assurées par la FCI. Ces standards constituent LA référence sur laquelle se basent les juges au moment d'évaluer les chiens lors des expositions tenues dans les pays membres de la FCI et les éleveurs dans leur tentative de production de chiens de qualité supérieure.

Les races de chiens reconnues définitiveement sont classées en 10 groupes.

Groupe 1. Chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de bouvier suisses)

Groupe 2. Chiens de type Pinscher et Schnauzer - Molossoïdes et chiens de montagne et de bouvier suisses et autres races

Groupe 3. Terriers

Groupe 4. Teckels

Groupe 5. Chiens de type Spitz et de type primitif

Groupe 6. Chiens courants, Chiens de recherche au sang et Races apparentées

Groupe 7. Chiens d'arrêt

Groupe 8. Chiens rapporteurs de gibier - Chiens leveurs de gibier - Chiens d'eau

Groupe 9. Chiens d'agrément et de compagnie

Groupe 10. Lévriers.